Dès l’âge de 12 ans je savais que je voulais devenir cuisinier.

Il est vrai que gamin déjà je trainais dans la cuisine de mes grands parents. J’ai toujours été très sensible aux effluves qui se dégageaient des marmites où mijotait une potée ou une soupe.

Maman et Mémère, toutes deux cuisinières aguerries se sont occupées de me transmettre les rudiments de la cuisine. Papa et pépère quant à eux m’ont initié à l’œnologie.

C’est donc tout naturellement qu’après ma troisième au collège de La Wantzenau, j’ai opté pour un CAP cuisinier au restaurant « A la Barrière » à La Wantzenau 1* au Guide Michelin.

C’est réellement ici avec Mr Gilbert Aeby et surtout son Chef Claude Sutter que j’ai appris la rigueur, le respect des produits et l’amour du travail bien fait.

Une fois mon CAP en poche, je décidais de partir de la maison, au grand désespoir de ma maman et de parcourir le monde qui s’ouvrait à moi.

Quelques saisons plus tard retour en France pour effectuer mon service militaire durant lequel j’ai eu le bonheur, la chance de pouvoir œuvrer au Palais de l’Elysée pendant une année. Une expérience enrichissante pour un jeune homme de 19 ans.

Rencontrer ou apercevoir des Chefs d’Etats et des dirigeants de toute la planète grâce à mon métier, jamais je n’aurais imaginé cela.

1989


RETOUR À STRASBOURG

Après quelques étapes gourmandes dans diverses maisons alsaciennes, l’établissement « A la Barrière » me recontacte et me propose une place de second de cuisine. J’y passe 4 merveilleuses années.

1994


première place de chef

Première place de Chef à l’Hôtel Plazza avec 20 collaborateurs sous mes ordres : pas facile mais avec énormément de travail et de ténacité je suis parvenu à relever le challenge.

1998


DANS LA VALLÉE

Mon épouse et moi-même décidons de nous installer dans une belle auberge dans la vallée de la Bruche pendant 5 ans.

shadow
shadow

2003, le début de l’aventure Chez Yvonne

Un peu loin de la ville nous retournons sur Strasbourg en 2003 et c’est là que Jean Louis de Valmigère, récent acquéreur de la Winstub « Chez Yvonne » me contacte pour reprendre les rennes de la cuisine.

Monsieur de Valmigère et moi-même avons très vite trouvé un terrain d’entente ; ensemble nous commencions cette belle expérience et ce nouveau défi.

Il est vrai que j’avais dans l’idée de me remettre rapidement à mon compte, mais Chez Yvonne m’a permis de m’exprimer et de m’épanouir dans mon travail.

J’ai pu laisser libre cours à mon imagination et proposer des plats qui me ressemblaient tout autant qu’ils ressemblaient à cette Winstub emblématique de Strasbourg.

La Famille de Valmigère m’a permis de m’investir totalement dans mes convictions et nous œuvrons quotidiennement à promouvoir notre patrimoine gastronomique.

La cuisine comme moyen d’expression

La difficulté c’est la simplicité et ce qui fait la différence entre un plat réussi ou raté n’est souvent lié qu’à l’envie de le réaliser. La cuisine est un art à la portée de celui qui sait la manier avec passion et délicatesse. Elle est un moyen d’expression, une histoire sentimentale.

Il est possible que l’amour puisse se passer de cuisine, mais la cuisine ne pourra jamais se passer d’amour et nombre de plats n’auraient pu être réalisés si ces cuisiniers du monde entier n’avaient été inspirés par l’amour et le désir de plaire.

Aujourd’hui je m’efforce de transmettre dans mes plats et ce depuis 9 ans déjà, cette passion qui m’habite et me motive jour après jour. Passion sur le monde culinaire mais également sur ma région natale.

C’est pour moi un immense plaisir de pouvoir proposer des plats traditionnels ou revisités qui ont bercé mon enfance et m’ont initié au plaisir de la gastronomie française et surtout alsacienne.

Heureuse région que l’Alsace où la cuisine

et l’amour du goût font si bon ménage !

DOMINIQUE RADMACHER